#StopCovid19CIV

Pour toutes informations appelez le 119 ou envoyez par SMS CORONAVIRUS au 1366
ETOILE DU GUEMON - CHAMPION 2019 ; Achikadouwi d'Anyama - VICE CHAMPION ; Bademanfla de Samatiguila - 3EME ; Dalla de Gbon - 4EME; Waraba de Grand Bassam - 5EME

Je me souviens’98: le Nassa clôt le 20e siècle en beauté

Je me souviens’98: le Nassa clôt le 20e siècle en beauté 

Dernière édition du 20 siècle. L’édition 98 était un turning point de variétoscope pour cette décennie.. Les décors et simple relais de 2 ou 3 transitions devenaient des parties intégrantes  des groupes et du paysage chorégraphique de l’émission. Le morceau compilation avait aussi facilité cette tournure chorégraphique. 



Apres trois tentatives, le nassa était revenu avec un visage complètement différent. C’est à cette édition que se groupe s’est réellement s’inscrit dans l’anale des meilleurs groupes de l’émission. Ils se sont réinventés et par la meme occasion ré-inventé l’émission. Des beau decors sophistiqués à la fluidité des transitions , maitrise des instruments du terroir , le tout décoré par l’introduction  des costumes en paillettes étaient uniques au Nassa. Tout y était. 

Ils étaient quand même  en face d’un autre géant de cette fin de siècle, le Wale wako de Grand-Lahou. Un groupe composé d’anciens champions et de danseuses hors pairs ; pour certains les meilleures danseuses qu’a jamais connu le concours.



Pour clore  cette décennie, L’édition 1998 retournait au palais des sports de Treichville. 25 groupes étaient au rendez-vous une fois de plus avec les maîtres de cérémonies Barthélémy Inabo et Serge Fatoh.





 L’innovation de taille était l’introduction des faits de société. On peut definir le fait de société comme un ballet à thème comme en 1994 except  sans le ballet et les instruments mais plutot avec de la narration et le acting . On retrouvait beaucoup de thèmes déjà traités en 94 comme l’exode rurale, le sida, la délinquance  juvénile, la drogue, la cohabitation etc...ces faits étaient les bienvenues car beaucoup si retrouvait . 


Les compilations faites par les groupes étaient reconduits une fois de plus . La majorité des groupes avaient finalement compris comment réussir leur compilation. Il ne suffisait pas d’aligner des morceaux différents mais de créer une certaine fluidité entre morceaux et créer un storytelling à travers la compilation. Le Nassa avait montré la voie dès les manches. Après 3 années de sponsoring, Très pres et Belivoir cédaient leur place à la lotterie national le Millionnaire.  

Au niveau des morceaux imposés, les fins des années 90 étaient marquées par la montée d’un genre musical , le Mapouka. Une danse qui faisait déjà partie des groupes ethniques du Sud. Ainsi pour ne pas rester en reste, les morceaux des manches à la finale étaient des sons d’artistes  qui évoluaient dans ce style musical.

Ambiance mapouka de la Génération Falasha était imposé pour les manches et demies.  A la finale l'artiste Rougeo aussi un ex-membre de la génération falasha était imposé. C’était du mapouka pure et dure en 1998.

Au niveau des groupes, nassa de marcory et génération cfa du plateau étaient les porte flambeau d’abidjan pour la 2e année consécutive . Après une belle édition en 97, les groupes de la zone du centre ouest se sont très bien représentés avec Oumé qui accédait a sa 1ere finale avec le Tené système  et Daloa apres plus de 7 ans se retrouvait en finale avec les antilopes . Gbogue finaliste en 1997 était aussi de la région de Daloa. Le centre était une fois de plus en hibernation . Après la victoire de l’Aliebe de Djekanou on a plus revu de bon groupes du centre.

1998 était dominé par le nassa de marcory et le wale wako de grand lahou. Au finish le nassa de marcory remportait largement son 1er titre national a leur  4e tentatives. Grand lahou se contentait du titre de vice champion.

Voici ainsi terminer variétoscope des années 90 et du 20e siècle. Cette génération dorée qui nous a gracié de  prestations inoubliables allant de la sortie des initiés du fait coutumier  du Guegongpi de man en 91,  aux marionnettes de l’aliebe de djekanou en  96  en passant par la narration révolutionnaire del’eveil d’adjame en 92, behanzin du rosaire de treichville en 93 , prestation gale et ballet à thème  du kambonou de Didievi  ou les compilations du nassa en 98. 

De 91 à 98 variétoscope a grandi en maturité et s’est implanté à jamais dans le coeur des amateurs de la danse. 

Next episode : je me souviens ‘00 - variétoscope du 21e siècle.

Récit par Jacobson.

Laptops

Copyright © Les Fans de Varietoscope. Designed by OddThemes